Vous êtes ici: Page d'accueil Actualités billet d'humeur
Contact

TACTIK SMART FRANCE
30, rue du Bois-des-Près-Hauts
91 280 Saint-Pierre du Perray
Mail vlambert@tactiksmart.fr
Tél. 06 82 09 10 76

Accès plan >
Actus

poser le cadre de nos interventions

DE LA MÉDIOCRITÉ


Faire et défaire c'est toujours travailler disaient nos grand-mères !
Et donc aussi celles de nos députés et sénateurs qui d'une majorité l'autre font et défont ce que
les gouvernements proposent après des communications présidentielles tonitruantes.
Les citoyens sont contents, pour partie, mécontents pour l'autre, ça va changer, non il ne faut
surtout pas toucher à ça !
Ça discute pendant des mois et des mois dans le branlebas de combat des partenaires sociaux,
du patronat, des lobbys et parfois des intellectuels, timides, plus soutenant les uns ou les autres
que développant une pensée forte et originale, ça se bat aussi un peu entre les pour et les contre,
violemment verbalement, et quelques fois physiquement, dans la rue.
Et si certain y perde un oeil, tous perdent la vue voulant tout avoir à l'oeil !
Et après trois pas en avant et deux en arrière, le constat d'une petite avancée que les uns saluent
comme un immense progrès et les autres fustigent comme un recul inadmissible, le pays unanime,
pour une fois, proclame par la voix des commentateurs, tout ça pour ça !
Définir des objectifs ambitieux, se battre pour être sûr que les conditions pour les atteindre ne
seront pas réunies, reculer, reculer encore et encore une petite fois, pour s'accorder sur une petite
chose qui satisfait tout le monde et ainsi paraît accessible, n'est ce pas quelque chose que nous
connaissons bien aussi dans nos entreprises ?
N'est ce pas le signe d'une certaine médiocrité ?
D'un produit imparfait qui devait conquérir le monde, d'un nouveau véhicule dont les allemands se
souviendraient tellement il leur en mettrait plein la vue et leur taillerait des croupières, d'une haute
technologie dont la maîtrise approximative n'assure pas que l'acier a la composition nécessaire
pour résister à la fissuration sous contraintes spécifiques et sévères au risque de mettre en péril la
vie de populations entières mais plus tard, dans longtemps.
Et pourtant nous savons tenir pour produire et obtenir le meilleur, là où paradoxalement ça parait
inutile, mais où la valeur est forte et le client exigeant, puisque dans le monde du luxe notre savoir
faire est reconnu, vanté, admiré, envié, jalousé, incomparable !
Car à y regarder de près les entreprises du luxe mettent en oeuvre des savoir faire artistiques et
artisanaux, le travail de leurs mains, d'une manière parfaitement industrielle.
Nous savons donc ne pas être médiocre !
À condition de ne pas opposer les pour et les contre dans une lutte stérile, sauf peut être pour
devenir le chef du champ de ruines, et de faire travailler ensemble ceux qui ne se définissent pas
comme amis ou ennemis mais comme porteurs de connaissances, d'expertises, de savoir faire, de
compétences à la production du plus efficace, du meilleur pour le bien commun, celui de
l'entreprise de ses salariés, de ses fournisseurs et de ces clients, celui du pays, de ses citoyens et
de ses partenaires.
Pour que notre pays et ses entreprises soient les lieux de la réalisation de soi des citoyens, des
salariés, des travailleurs indépendants, des professions libérales, des intellectuels, des politiques
et de tous ceux qui l'habitent, s'y emploient, les fournissent ou les servent, il nous faut comprendre
que la médiocrité de nos productions est le produit de nos luttes internes stériles, et que nous
avons mieux à faire, capables que nous sommes de produire l'excellence, mais ensemble.

2 commentaire(s)
Ladainian - Il y a 1 an
I could read a book about this without finding such real-world apoaerchps!
lal - Il y a 1 an
bravo !